Chemtrails

L’annonce de l’administration Obama visant à explorer la « géo-ingénierie » incite à poser des questions sur les programmes déjà en cours

Par Paul Joseph Watson
Prison Planet.com
Vendredi le 10 avril 2009

L
‘annonce de l’administration Obama visant à explorer la « géo-ingénierie » à des fins environnementales au nom de la prévention du réchauffement de la planète, a donné un nouvel essor aux préoccupations quant à savoir si ces programmes sont déjà en cours sous le couvert des chemtrails. (ndt : Chemtrails = chemical trails = traînées de produits chimiques)

Les chemtrails diffèrent des contrails ordinaires (ndt : contrails = les traînées blanches laissées dans le ciel par les avions) dans la mesure où ils se maintiennent dans le ciel pendant des heures et il est souvent observé qu’ils sont émis par des avions dont les routes s’entrecroisent, conduisant à la formation de «X» et la formation d’un réseau de grilles dans le ciel. Les chemtrails ont également des répercussions directes sur la météo locale en transformant un ciel bleu en un ciel brumeux.

L’an dernier, dans un reportage d’enquête présenté sur les onde de KSLA (ndt: en Louisiane aux États-Unis) ont découvrait qu’il était tombé sur terre à partir de la haute altitude des chemtrails de fortes concentrations de baryum (6,8 ppm) de plomb (8,2 ppm), ainsi que des traces de plusieurs autres produits chimiques incluant l’arsenic, le chrome,le cadmium, le sélénium et l’argent. Parmi ceux-ci, tous sauf un sont des métaux, certains sont toxiques alors que plusieurs ne se retrouvent rarement ou jamais dans la nature. Le journal télévisé met l’accent sur le baryum, que leurs recherches ont démontré qu’il s’agit de la «marque des chemtrails ». La chaîne KSLA a trouvé du baryum à un niveau de 6,8 ppm dans ses échantillons soit « plus de six fois le niveau toxique fixé par « l’Environmental Protection Agency ».

KSLA a également demandé à Mark Ryan, directeur du Centre de contrôle des poisons, quels sont les effets du baryum sur le corps humain. Ryan a fait remarquer que « l’exposition à court terme peut entraîner des douleurs à l’estomac et à la poitrine alors que l’exposition à long terme cause des problèmes de pression artérielle. » Le Centre de contrôle des poisons a en outre signalé que l’exposition à long terme, comme il en est pour toute substance nocive, contribuerait à l’affaiblissement du système immunitaire, sujet sur lequel de nombreuses personnes spéculent concernant les buts de tels chemtrails fabriqués par l’homme.

En effet, l’oxyde de baryum a surgi à maintes reprises en tant que contaminant d’expérimentations suspectes en « géo-ingénierie ».

KSLA a également présenté dans son contexte historique les aérosols chimiques, citant un nombre considérable de tests non confidentiels dévoilés en 1977 lors d’audiences du Sénat. Les tests comprenaient l’expérimentation de composés biochimiques sur le public. KSLA signale que « 239 zones peuplées ont été contaminées avec des agents biologiques entre 1949 et 1969. »

L’annonce cette semaine que l’administration Obama a eu des discussions concernant la possibilité d’utiliser la « géo-ingénierie » à des fins climatiques pour lutter contre le réchauffement de la planète par le « tir de particules de pollution dans la haute atmosphère afin de réverbérer les rayons du soleil » a alimenté de nouvelles inquiétudes à l’effet que des programmes similaires sont déjà en cours, et que les chemtrails sont directement liés à de telles expérimentations.

En effet, comme nous l’avons couvert dans un précédent article, de nombreuses universités et des organismes publics réalisent des études dans ce domaine depuis plusieurs années.

En outre, l’intérêt porté par l’administration Obama à utiliser les mirroirs de la « géo-ingénierie » provient des récentes publications rédigées par l’élite du Council on Foreign Relations. (ndt : Voir sur le site du CFR [anglais] : http://www.cfr.org/project/1364/geoengineering.html )

Dans un document intitulé « Geoengineering: Workshop on Unilateral Planetary Scale Geoengineering », le CFR propose différentes méthodes pour « réverbérer la lumière du soleil vers l’espace », lesquelles comprend l’ajout de « petites particules qui reflètent dans la partie supérieure de l’atmosphère», en ajoutant « plus de nuages dans la basse partie de l’atmosphère », et de placer « différents types d’objets réfléchissants dans l’espace, soit près de la terre ou à un emplacement stable entre la terre et le soleil. »

Les propositions contenues dans le document du CFR correspondent exactement aux effets atmosphériques observés à la suite de pulvérisation de chemtrails.

Une excellente nouvelle vidéo résumant les préoccupations au sujet des « chemtrails et l’eugénisme » vient tout juste d’être publiée par Media Rival Productions. Ces images montrent d’énormes avions sans fenêtres qui dispersent des chemtrails, ainsi que des avions qui semblent arrêter et reprendre l’épandage de chemtrails en plein vol. Dans la vidéo, il est clair que quelque chose est délibérément en train d’être dispersé et qu’il ne peut pas être confondu avec l’épandage d’insecticides et de fongicides qui se fait par des avions légers et à basse altitude.

Cette vidéo est un excellent résumé des questions entourant les chemtrails et elle doit être connue. Nous devons pousser la question des chemtrails à l’avant-scène de la sensibilisation du public et forcer les médias corporatifs à couvrir le sujet. C’est alors seulement que des fissures commenceront à apparaître dans le mur unifié du déni que les autorités ont jusqu’à présent érigé autour de la question.

Le clip est intégré ci-dessous avec deux nouvelles vidéos récemment diffusées par Media Rival Productions. [Vidéos en anglais, Durées : 1) 8.36 min, 2) 2.34 min. 3) 1.55 min.]

source : http://www.prisonplanet.com/concerns-about-chemtrails-given-fresh-impetus.html


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 56 articles | blog Gratuit | Abus?